Imprimer Envoyer

Sur les quelques 7000 orgues que compte la France, environ 1225 se trouvent en Alsace, sans compter les instruments privés, non accessibles au public. Plus d’un orgue français sur six se trouve en Alsace, qui est pourtant une petite région, limitée à deux départements.

 

Avec près de 770 instruments, le Bas-Rhin est le premier département de France pour le nombre d’orgues, tandis que le Haut-Rhin, avec presque 460 orgues, occupe la troisième place, après la Moselle (560 instruments). Outre sa quantité, le patrimoine organistique alsacien se distingue également par sa qualité.

 

Environ 180 instruments sont protégés au titre des Monuments Historiques, en totalité ou partiellement, dont 110 dans le Bas-Rhin et 70 dans le Haut-Rhin. Mais de nombreux instruments que l’on peut qualifier d’historiques ne font l’objet d’aucune mesure de protection.

 

Les orgues d’Alsace ont pourtant beaucoup souffert des guerres et des soubresauts géopolitiques, ce qui explique qu’il y ait moins d’instruments très anciens que dans d’autres régions d’Europe. Mais le buffet gothique de la cathédrale de Strasbourg, daté de 1489, est l’un des plus prestigieux, et sa tribune en cul de lampe, datée de 1385, est la plus ancienne tribune d’orgue au monde.

 

Aucun reliquat du XVIème siècle n’est parvenu jusqu’à nous et les tuyaux les plus anciens retrouvés en Alsace datent de 1626 et sont conservés dans l’orgue Callinet de Rouffach. C’est là tout ce qui subsiste du XVIIe siècle, avec le buffet et quelques tuyaux de l’orgue Baldner (1668) de l’église catholique de Bouxwiller (Bas-Rhin). Si le buffet et quelques jeux de l’orgue Ring-Legros (1702) sont conservés dans l’église catholique de Ribeauvillé, le plus ancien orgue alsacien parvenu jusqu’à nous est celui de l’abbatiale de Marmoutier (André Silbermann, 1710).

 

Le patrimoine alsacien du XVIIIème siècle est évidemment dominé par les Silbermann, qui comptèrent parmi les facteurs d’orgues les plus renommés dans l’Europe baroque. Une douzaine de leurs instruments sont assez bien conservés en Alsace. Mais les concurrents de Silbermann, notamment Rohrer, Dubois et Bergäntzel, ont également érigé des ouvrages de qualité, dont quelques-uns sont parvenus jusqu’à nous.

 

C’est au XIXème siècle que l’orgue alsacien a connu le pic de son activité, avec la pose d’un orgue dans presque tous les villages dotés d’une église. Trois entreprises surent conquérir la plus grande partie de ce marché en pleine expansion, les Callinet à Rouffach, les Rinckenbach à Ammerschwihr et les Stiehr-Mockers à Seltz, mais d’autres ateliers ont également participé à cet essor, notamment les Wetzel et Georges Wegmann.

 

L’activité resta très soutenue durant le XXème siècle, même si la qualité fut peut-être moindre entre 1920 et 1960.

 

Durant le dernier tiers du XXème siècle, quelques facteurs (Kern, Kœnig, Muhleisen, Schwenkedel) firent connaître l’orgue alsacien dans le monde entier.

 

Des orgues neufs se construisent toujours en Alsace en ce début du XXIème siècle.

 

Facebook  Twitter  Google bookmarks  slashdot  del.icio.us  technorati  digg  Furl  YahooMyWeb  Reddit  Blinklist  Fark  Simpy  Spurl  NewsVine